9 octobre 2016

LES ARTISTES

 

PIERRE HANTAÏ 

Le parrain de cette première édition !


Né en 1964, Pierre Hantaï se passionne pour la musique de Bach vers sa dixième année. Sous l’influence de Gustav Leonhardt, il commence à étudier le clavecin, d’abord seul, puis sous la direction d’Arthur Haas. Très tôt, il donne ses premiers concerts, seul ou avec ses frères Marc et Jérôme. Il étudie alors deux années à Amsterdam auprès de Gustav Leonhardt, qui l’invite par la suite à jouer sous sa direction. Les années qui suivent le voient collaborer avec de nombreux musiciens et chefs d’ensemble, comme Philippe Herreweghe, les frères Kuijken, François Fernandez, Marc Minkowski, Philippe Pierlot.

Désormais, il joue le plus souvent en soliste à travers le monde. Il est souvent invité par Jordi Savall et il aime également retrouver ses frères et ses amis, Amandine Beyer, Hugo Reyne, Sébastien Marq, Skip Sempé, Olivier Fortin ou Jean-Guihen Queyras, pour faire de la musique de chambre. Il a récemment reconstitué l’ensemble qu’il avait fondé dans les années 1980, le Concert Français, dans le but d’interpréter les Suites, Concertos et cantates de Bach.

De sa riche discographie, on retiendra ses derniers enregistrements pour Mirare : les Variations Goldberg, le Premier Livre du Clavier bien Tempéré de Jean Sébastien Bach, trois volumes de Sonates de Scarlatti, un récital François Couperin et un programme de Suites d’orchestre de Bach avec le Concert Français.

 

 

 

JUSTIN TAYLOR

La carte blanche « jeune soliste » !


Le jeune musicien franco-américain remporte, à tout juste 23 ans, le Premier Prix au Concours International de Clavecin de Bruges, ainsi que le Prix du Public et deux prix spéciaux. Son premier disque, paru chez Alpha en septembre 2016 et consacré à la famille Forqueray, est unanimement salué par la critique : CHOC de Classica, Gramophone Editor’s Choice, Grand Prix de l’Académie Charles Cros… Justin Taylor est nommé aux Victoires de la musique 2017 en Révélation Soliste Instrumental. Aussi à l’aise au clavecin qu’au pianoforte, Justin vient d’enregistrer le 17ème concerto de Mozart K 453 avec Le Concert de la Loge (Julien Chauvin). Aimant partager son amour de la musique avec le public, Justin se produit en soliste au clavecin et au pianoforte, ainsi qu’en musique de chambre avec le Taylor Consort. 

Justin Taylor commence à étudier le clavecin à l’âge de 11 ans dans sa ville natale, Angers, avec Françoise Marmin. Sa passion pour cet instrument l’amène à poursuivre ses études avec Olivier Baumont et Blandine Rannou au CNSM de Paris. Justin Taylor y a aussi étudié le piano moderne dans la classe de Roger Muraro, et est titulaire d’un prix d’analyse supérieure. En 2015, il obtient son Master de Clavecin mention Très bien à l’unanimité avec les félicitations du jury. Cette même année, Justin Taylor remporte le Premier Prix au concours international de clavecin de Bruges. Justin est nommé aux Victoires de la musique classique 2017 dans la catégorie Révélation Soliste Instrumental.

On retrouve le jeune claveciniste en récital au Festival de la Roque d’Anthéron, à la Folle Journée de Nantes, à l’Auditorium du Louvre… et dans de nombreuses villes européennes : Bruxelles (BOZAR, Flagey), Cambridge, Cologne, Stockholm, Brême, Cracovie, Crémone… Son premier disque solo, paru en septembre 2016 chez Alpha, dresse un portrait musical de la famille Forqueray. Ce disque a été récompensé par un CHOC Classica de l’année, un Gramophone Editor’s Choice, un Grand Prix de l’Académie Charles Cros et un Qobuzissime. Aussi à l’aise au pianoforte qu’au clavecin, Justin Taylor vient d’enregistrer le 17ème concerto de Mozart avec Julien Chauvin et son orchestre Le Concert de La Loge (Aparté, sortie septembre 2017). Il sera en résidence au BOZAR à Bruxelles pour la saison 2017/2018.

Le jeune musicien a déjà été l’invité de plusieurs émissions diffusées sur France 3, France Musique, sur RTBF-Musiq3, ou encore sur RTBF-Klara. Justin Taylor est soutenu par la Fondation d’entreprise Safran.

 

 

L’ENSEMBLE STYLUS PHANTASTICUS

La dimension internationale !


Pablo Valetti, violon ; Friederike Heumann, viole de gambe ; Dirk Börner, clavecin

Stylus Phantasticus – style libre, improvisateur dans la musique instrumentale baroque, et en même temps approche passionnée de l’interprétation de cette musique.

Les musiciens de l’Ensemble Stylus Phantasticus ont étudié l’interprétation de la musique baroque à la Schola Cantorum Basiliensis. C’est en 1993 qu’ ils se sont réunis pour créer l’Ensemble Stylus Phantasticus. Dans leur interprétation, ces artistes souhaitent éveiller l´imagination de l´auditeur, le toucher, le surprendre par liberté et contrainte, virtuosité et simplicité, expressivité et intimité qui caractérisent le stylus phantasticus.

Depuis 2002, ils ont enregistré plusieurs albums, qui ont suscité l’enthousiasme de la critique et ont reçu de nombreuses distinctions (« Diapason d’Or », « Choc du Monde de la Musique », « 10 de Répertoire », Classica, « 5 Étoiles » de Goldberg, 4 ffff de Télérama) ;

– l’album Zeichen im Himmel, premier enregistrement mondial de la musique de Philipp Heinrich Erlebach, est paru en 2002 sous le label Alpha (Paris) ;

– Ciaccona – il mondo che gira, consacré à la musique de chambre de Dietrich Buxtehude, est paru chez le même éditeur ;

– en 2007, l’album L´Harmonie des Nations – Musique au temps de l’Electeur Max Emanuel est paru chez Accent ;

– Hortus Musicus – der Musikgarten des Johann Adam Reincken – également chez Accent.

 

 

 

 

LILLIAN GORDIS

Le jeune talent de la Sorbonne !


Née en 1992 à Berkeley en Californie, Lillian Gordis découvre le clavecin et s’y consacre dès l’âge de neuf ans. Avec Katherine Roberts Perl, puis avec Arthur Haas à New York, elle avance très vite et donne ses premiers récitals à l’âge de 11 ans. Encouragée par Pierre Hantaï, elle s’installe en France à l’âge de 16 ans afin de poursuivre ses études.

Lillian commence à travailler avec Bertrand Cuiller en 2009 et se perfectionne pendant trois ans auprès de lui. Elle étudie la basse continue avec Frédéric Michel au CRR de Boulogne-Billancourt où elle obtient un prix dans cet instrument et réussit son prix de clavecin mention Très Bien à l’unanimité avec félicitations du jury au CRR de Rueil-Malmaison (Brice Sailly). Lillan suit les cours de musique de chambre de François Fernandez, Olivia Centurioni et Antoine Torunczyk et joue sous la direction de Raphaël Pichon, Amandine Beyer, Olivier Schneebeli et les Pages et Chantres du CMBV lors de différents projets. Elle participe à des formations à Barbaste, à l’ARMABN (Association pour la musique ancienne en Basse-Normandie) à Lisieux, et au VEMI (Vannes Early Music Institute) à Vannes.

En 2013-2014, Lillian passe une année à la Schola Cantorum Basiliensis où elle profite, entre autres, des conseils de Marc Hantaï et Pedro Memelsdorff. En 2016, elle entre en Master d’interprétation des musiques anciennes à la Sorbonne-PSPBB (Pôle Supérieur Paris-Boulogne-Billancourt) dans la classe de Bibiane Lapointe. Lillian était, entre 2009-2013, la seule élève en cours privés avec Pierre Hantaï.

Lillian Gordis se produit régulièrement en concert en tant que soliste et chambriste et elle enseigne le clavecin à l’École de musique du Plessis-Bouchard. Elle joue dans des festivals tels que Jeunes Talents, le Festival de Richelieu, Le Moulin d’Andé, Les Petits Concerts dans les Copeaux, les Jeudis Musicaux à la Chapelle Royale de Versailles, Oude Muziek Utrecht Fringe, Museo Musica Bologna, MusicSources, et se produit également dans de nombreux concerts en France, Suisse, Allemagne, République tchèque, Italie, Angleterre et Etats-Unis. Lillian a été trois fois lauréate de la Fondation Royaumont et boursière des Amis de la Fondation Royaumont (2013, 2015, 2016).

En 2015, elle lance un orchestre, Oasis of Horror, dédié à la rencontre de la musique de Bach et l’art contemporain. Elle joue régulièrement avec des amis comme Johanna Bartz, Martin Chiang, Anthony Marini, et Kerstin Kramp, et est invitée à jouer avec Il Botto Forte et le Zürcher Barockorchester.